Quel budget faut-il prévoir pour les incidents au cours d’une location ?

La gestion autonome de son appartement n’est pas toujours simple. On ne sait jamais quand s’attendre à des dégradations ou des dégâts imprévus à devoir gérer et qui coûtent de l’argent. Nous avons interviewé Clara de Flatlooker, pour nous donner une idée du budget et des incidents les plus courants. Cela vous permettra de prévoir à l’avance un budget au cas où vous vous retrouvez à devoir gérer les incidents imprévus.

Clara de Flatlooker
Flatlooker

Combien y-a-t-il de sinistres en France par jour ?

Par jour on observe 10 000 sinistres liés à des habitations en France. D’après le site Statista, il y aurait eu environ 3,5 millions de sinistres dans des habitations en 2020 en France. Certains de ces sinistres sont liés aux catastrophes naturelles. Ces dernières font d’ailleurs de plus en plus de dommages, puisque leur nombre augmente chaque année. On compte notamment les inondations qui frappent chaque année certaines régions de France.

D’autres, au contraire, peuvent être liés à des oublis ou des négligences. Comme les incendies ou les dommages électriques, par exemple.

Quels sont les types d’incidents les plus courant en appartement ?

En appartement comme ailleurs, on constate que les travaux de plomberie et de chauffage sont les plus fréquents puisqu’ils interviennent en moyenne chaque année. La plomberie et le chauffage sont rapidement soumis à l’usure, ce qui augmente le risque de dysfonctionnement. L’électroménager et l’ameublement arrivent en seconde position (tous les deux ans), suivi par le dégât des eaux (tous les deux ans et demi).

Les travaux d’électricité, serrurerie et huisserie sont à envisager tous les 3 ans environ. L’incident qui se fait le plus rare est celui lié à l’humidité, l’aération ou la VMC puisque l’agence de gestion locative Flatlooker est amené à les gérer tous les 5 ans.

A noter : Toutes ces données dépendent bien sûr de l’ancienneté du bien et de l’entretien de l’immeuble par les résidents et la copropriété.

Quels sont les coûts de chacun de ces incidents ?

En moyenne, un propriétaire de logement en location va dépenser de manière OBLIGATOIRE 240€ à l’année en gestion courante (hors rénovation partielle ou complète d’un logement). Ces réparations viseront à garder le bien en état de fonctionnement. En effet, un bien vétuste ou trop usé ne peut pas être loué puisqu’il ne garantit pas un usage paisible du bien. Ces 240€ vont être répartis comme suit :

Combien de temps passé pour le traitement de chacune de ces tâches ?

Très souvent, les propriétaires qui souhaitent se lancer seuls dans la gestion locative sous-estiment le temps passé à gérer les sinistres.

Si une question d’ordre administratif se résout en moyenne avec 2 échanges (1 échange = 1 aller-retour), il faut 5 à 6 échanges en moyenne pour régler un incident technique. Selon le caractère de l’incident, cette partie peut tout particulièrement s’étendre dans le temps notamment parce qu’elle repose sur des tierces parties (réactivité des syndics, des artisans, des assurances, etc.).

Le temps passé n’est pourtant pas dépendant de la taille de l’appartement : la gestion d’un petit appartement prend autant de temps que la gestion d’un logement plus grand. En effet, les systèmes de chauffage et de plomberie sont les mêmes dans un studio et dans un 4 pièces.

Les travaux sont-ils tous à la charge du propriétaire ?

Si certains travaux sont à la charge du propriétaire, ce n’est pas toujours le cas. En effet, si le locataire est évidemment responsable d’un sinistre, c’est à lui de réparer. Par exemple, si un lavabo en bon état a été cassé lors d’une soirée, c’est au locataire de le remplacer.  Mais si le sinistre est apparu dans le cadre d’une utilisation normale et paisible du logement, c’est au propriétaire de prendre la charge des travaux.

Certains de ces travaux peuvent être déduits des impôts. Les travaux de rénovation et d’amélioration peuvent en effet faire l’objet d’une déduction d’impôt.

Pour plus d’infos sur Flatlooker, voici notre répertoire de la gestion locative.

Laisser un commentaire