Tableau de bord de l’immobilier locatif – septembre 2021

Crédits immobiliers : stable au plus bas jamais connu

Le taux moyen des nouveaux crédits a reculé de 20 points de base entre juin 2020 et avril 2021 : depuis, il ne fait plus que s’effriter, doucement d’un mois sur l’autre. Les résultats du baromètre Observatoire Crédit Logement CSA montrent qu’au mois d’août, le taux moyen se stabilise à son niveau le plus bas à 1,05 % pour une durée de 236 mois. Pour les emprunteurs dont les revenus sont inférieurs à 3 SMIC, le taux moyen était à 1,10% pour une durée moyenne de 242 mois. Pour ceux avec des revenus entre 3 et 5 SMIC, le taux moyen était à 1,04% pour une durée moyenne de 232 mois. Pour les 5 SMIC et plus, le taux moyen était à 0,93% pour une durée moyenne de 228 mois.

Depuis les recommandations du HCSF en décembre 2019, les taux d’apport personnel s’accroissent rapidement (de 25 % depuis décembre 2019 sur le marché ancien). Avant ces recommandations, les taux d’apport, descendus à des niveaux jamais observés par le passé, permettaient au marché de se développer comme jamais, avec l’arrivée des primo-accédants. Depuis la mi-septembre 2021, le HCSF a rendu obligatoire ses recommandations concernant le crédit immobilier pour les banques. Pour rappel, les conditions : un taux d’endettement maximal fixé à 35 %, une durée maximale de crédit de 25 ans, un taux de dérogation fixé à 20 %.

En un an, les prix moyens parisiens baissent de 1,5% tandis qu’ils progressent de 4,9 % au niveau national

Depuis un an, les prix immobiliers moyens parisiens affichent une baisse de 1,5 % (à 10 451 euros/m2) alors qu’ils progressent de 4,9 % au niveau national, selon le bilan de Meilleurs Agents. Voici un baromètre dressé quartier par quartier de l’immobilier en Île-de-France. Le mois d’août a été particulièrement calme en terme d’activité.

L’encadrement des loyers bientôt obligatoire sur les annonces

Selon une enquête publiée en janvier par l’association de consommateurs CLCV, 40 % des annonces pour des logements à Paris étaient non conformes. Emmanuelle Wagon demande à rendre obligatoire la mention de l’encadrement des loyers sur les annonces immobilières. Depuis le 1er juin, le plafonnement des loyers déjà à Paris et Lille a été étendu à 9 villes de la banlieue parisienne, et début septembre aux métropoles de Bordeaux, Montpellier et Lyon. Le ministère du logement a cependant rejeté la candidature au dispositif de plusieurs villes de la banlieue sud de Paris ainsi que celle de Grenoble,

Nouveau DPE : le nombre de logements mal classés flambe

Le nouveau diagnostic de performance énergétique (DPE) est entré en vigueur le 1er juillet 2021 et depuis, le nombre de logements classés F ou G n’a pas arrêté d’augmenter. Conséquence ? Sans changement à très court terme, 1 ménage sur 4 verra son logement frappé d’une interdiction de location d’ici 2034 selon le président de l’Unpi. Par ailleurs, des «résultats anormaux» des diagnostics ont été détectés pour certains types de logements construits avant 1975. Le 24 septembre, le ministère chargé du Logement recommande aux diagnostiqueurs immobiliers de suspendre la réalisation de nouveaux DPE pour ces types de logements. La suspension devrait s’étendre jusqu’au 4 octobre, date à laquelle une décision de correction sera prise. En attendant, certains propriétaires sont en colère car ont payé pour un DPE erroné, qui pourrait avoir des conséquences sur leur décision de vendre ou le prix négocié.

Pour rappel, la loi Climat prévoit l’interdiction à la location:

  • des logements classés G au titre du DPE à partir de 2025
  • des logements classés F au titre du DPE à partir de 2028
  • des logements classés E au titre du DPE à partir de 2034

Locataires : attention à la hausse des arnaques à la location

Depuis la rentrée, et avec la montée de la tension locative, certains escrocs profitent de l’état désespéré des candidats locataires pour déposer de fausses annonces. Selon PAP, depuis deux mois, les tentatives d’arnaque ont été multipliées par deux par rapport aux années précédentes et visent particulièrement les étudiants. L’arnaque de fausse annonce existe depuis un certain temps déjà, depuis l’existence des sites de petites annonces. Comment les repérer ? De belles photos, un descriptif d’un logement magnifique, un loyer trop bas, et surtout, une adresse email ou un numéro de téléphone inséré dans la description de l’annonce avec instructions. Grâce à une fausse annonce, les escrocs peuvent demander un dépôt en guise de garantie d’un logement. Plus grave, ils peuvent demander des dossiers de location complets pour disposer de toutes les pièces justificatives nécessaires pour souscrire un crédit à la consommation. Pour plus d’information, voici un article sur les arnaques à la location les plus courantes et comment les éviter.

Laisser un commentaire