Tableau de bord de l’immobilier locatif – Avril 2021

Crédits immobiliers : un nouveau record ↘︎

En ce début de deuxième trimestre, les taux de crédit immobilier poursuivent leur repli. En avril, le taux immobilier moyen atteint 1,07% pour une durée moyenne de 230 mois, contre 1,11% pour une durée de 231 mois le mois précédent, selon le baromètre Observatoire Crédit Logement CSA. Les taux moyen sur 15 et 20 ans sont désormais en dessous des 1% avec 0,87% pour un prêt de 15 ans, soit plus bas que le minima historique observé en décembre 2019. Mais jusqu’où ira la baisse des taux ? 😯

Un bon indicateur de l’évolution des taux immobiliers est l’OAT d’une durée de 10 ans, car il s’agit d’une référence pour les organismes prêteurs lorsqu’ils établissent leurs taux de crédit à taux fixes. Jusqu’à fin avril, l’OAT dix ans demeurait en dessous de zéro, mais depuis début mai, ce taux de référence est passé en positif. Avec la reprise de l’activité, la campagne de vaccination et par conséquent la relance de l’économie, nous devons nous attendre à une remontée des taux immobiliers d’ici la fin de l’année.

Les prix immobiliers repartent à la hausse ➚

Selon le baromètre MeilleursAgents, après seulement huit mois de baisse, les prix immobiliers repartent à la hausse dans les grandes villes françaises. En avril, sur un mois, les prix de Paris, Lille et Strasbourg sont en hausse de 0,3%. Lyon voit ses prix augmenter de 0,5% et Marseille de 0,6%. Parmi les grandes villes, seules Bordeaux et Toulouse sont orientées à la baisse avec moins de 0,5%. Depuis mars 2020, les prix sont en hausse de 5,9 % sur un an.

Selon les chiffres des notaires publiés jeudi dernier, 1,08 million de logements anciens ont été vendus en France sur un an depuis mars dernier, c’est du jamais-vu ! Une période exceptionnelle marquée par deux longues vagues de confinement n’a pas empêché les français d’investir dans la pierre.

Des loyers en forte baisse dans les grandes villes ↘︎

Depuis la crise sanitaire, l’offre de logements meublés en locatif a explosé tandis que les demandes de location de ce même type de logement sont en chute libre. En effet, en mars, sur le site d’annonces Seloger, on comptait 79 % de plus de logements vides et 129 % de plus en meublés que l’an dernier. Pour éviter les vacances locatives, les propriétaires ont donc été forcé de baisser leur prix pour rendre leur logement compétitif dans les grandes villes. A Paris, les loyers ont baissé de 4,5% en moyenne, et à Bordeaux de 6,7%. Une baisse structurelle ? Tout dépend des mesures prises par l’état concernant la réouverture des frontières, des universités et du télétravail. Nous aurons les idées plus clairs dans les semaines ou mois à venir.

Expulsions locatives, à quoi peut s’attendre le marché immobilier ?

La fin de la trêve hivernale approche. Pour rappel, la trêve hivernale est une période bien connue du secteur immobilier (du 1er novembre au 31 mars) durant laquelle les propriétaires ne peuvent pas engager de procédure d’expulsion à l’encontre de leurs locataires. Cette année, cette période a été prolongée au 1er juin 2021. Les procédures d’expulsion se sont accumulées voire même accentuées avec la crise sanitaire pendant cette même période. Selon la Fondation Abbé Pierre, 30.000 ménages sont menacés d’expulsion en 2021. Emmanuelle Wargon prépare une reprise progressive de la procédure d’expulsion locative avec une promesse de relogement des ménages expulsés. Côté propriétaires, ils sont promis une indemnisation rapide et intégrale de leurs loyers.

Laisser un commentaire