Tableau de bord de l’immobilier locatif – Janvier 2021

L’investissement locatif en 2021

Crédits immobiliers : la baisse de taux se poursuit

Les chiffres du quatrième trimestre 2020 ont bel et bien confirmé la tendance à la baisse des taux immobiliers avec 1,17 % de taux moyen en décembre et une moyenne de 1,20 % au 4ème semestre pour une durée de prêt de 233 mois, selon le baromètre Observatoire Crédit Logement CSA. Une baisse de 18,1 % du nombre de prêts accordés en 2020 par rapport à 2019 a été constatée suite aux restrictions du HCSF demandant aux banques de ne pas accorder des crédits sur une durée de plus de 25 ans et à des dossiers d’un taux d’endettement de plus de 33 %. L’assouplissement des mesures du HCSF en 2021 ainsi que la hausse des taux d’usure vont permettre de réduire les refus de prêt immobilier aux primo-accédants afin de financer leur projet immobilier.

Prix immobilier : pas de surprise

L’année 2020 a connu une hausse de 4 % des prix immobiliers en France (3,8 % si l’on tient compte de l’inflation). Pour en savoir plus sur les quatre villes françaises de plus de 100 000 habitants qui ont vu leur prix de l’ancien exploser, rendez-vous sur le tableau de bord de décembre 2020. Sans surprise, les prix restent orientés à la hausse pour l’année 2021, mais avec un ralentissement par rapport aux cinq dernières années et à ce qui avait été initialement prévu avant la crise. L’activité de l’immobilier ancien en France reste épargnée de la pandémie de Covid-19. En effet, en dépit de la crise, le marché de l’immobilier résidentiel n’a reculé que de 8 % en 2020 selon la Fnaim. Les Français, plus que jamais, croient en la pierre et ont envie d’espaces verts, une tendance qui s’accélère avec le développement du télé-travail.

Où va le marché en 2021 ?

En 2021, les prix vont très probablement encore augmenter, mais légèrement ou stagner selon les régions. Ni effondrement ni explosion de bulle immobilière n’est attendue, mais plutôt une rupture face à la forte hausse de prix des années précédentes. Le marché immobilier a un cycle très long et ne se bouscule pas en quelques jours seulement comme dans la bourse, sauf crise financière grave comme la crise des subprimes en 2008. Si vous cherchez à vendre ou à acheter pour louer, ne vous attendez pas un renversement immédiat de la situation. Beaucoup de Français se posent la question s’il faut acheter de l’immobilier en locatif aujourd’hui. Avec des taux immobiliers toujours aussi bas, il est certainement intéressant d’acheter, mais la vrai question à se poser est plutôt…

Où investir en 2021 ?

On trouve très fréquemment des articles publiés autour des meilleures villes où investir en France. Le classement de ces villes propices à une évolution des prix se base sur les prix au mètre carré ainsi que des critères économiques comme le niveau de chômage, le dynamisme et le développement économique et urbain de la ville, etc. Évidemment, ce sont des bons points de départ à vos réflexions et vos recherches, mais cela ne suffit pas pour vous aider à la décision d’où investir. Tout dépend de votre stratégie d’investissement locatif et de votre volonté à prendre des risques locatifs pour un meilleur rendement. Le palmarès des villes où il fait bon investir de Meilleurs Agents publié sur « Les Echos » sélectionne trois villes avec un moindre risque et un bon rendement : Aubervilliers (6,1 %), Pantin (4,8 %), Bordeaux (3,7 %). Le plus important, c’est de prendre une décision basée sur le rendement de votre investissement en prenant en compte les risques. Pour plus de détails sur comment calculer la rentabilité locative de votre investissement locatif, voici le lien.

Le marché du logement en 2021

Réforme de l’APL

Depuis le 1er janvier 2021, l’APL (aide personnalisée au logement) accessible aux locataires de logements conventionnés, ne se calcule plus sur les revenus touchés deux ans auparavant. Désormais, l’APL est calculée sur la base des revenus des 12 derniers mois connus et réactualisée tous les trois mois contre une fois par an avant la réforme.

Logements énergivores

Une initiative a été lancée pour lutter contre les logements trop énergivores. Dès janvier 2021, la loi énergie-climat du 8 novembre 2019, oblige les propriétaires à réaliser les travaux permettant d’améliorer les performances énergétiques de leur logement. Si les travaux ne sont pas effectués, ils n’auront pas le droit d’augmenter leur loyer.

Cotisations sociales pour les LMP en location meublée

Une loi de financement de la Sécurité sociale a été promulguée le 14 décembre dernier, stipulant que tous les loueurs en meublé professionnel (LMP) seront soumis aux cotisations sociales dès le 1er janvier 2021. En savoir plus.

Un commentaire

Laisser un commentaire