Investissement locatif : bilan du 3Ăšme trimestre 2020

Crédit immobilier

Les taux restent stables et bas au 3Ăšme trimestre 2020. L’indicateur des taux de l’ANIL prĂ©sente les prĂȘts Ă  taux fixe pratiquĂ©s. Selon les organismes de crĂ©dit, la fourchette basse des taux se situe entre 0,95 % et 1,25 % pour une durĂ©e de 15 ans et entre 1,40 % et 2,11 % pour une durĂ©e de 25 ans. 

En revanche, il est plus difficile de dĂ©passer le seuil des 33 % d’endettement mĂȘme pour les dossiers les plus solides depuis que le HCSF a imposĂ© des restrictions fin 2019. Le taux de refus de dossiers sur 20 ans et plus, chez Meilleurtaux, double en un an et passe Ă  16% au 3Ăšme trimestre 2020. Les banques ne veulent plus prendre de risques et sont plus sĂ©lectives envers les investisseurs. 

Pour espĂ©rer avoir un bon taux, il faut maintenant avoir plus de 15% d’apport. Selon meilleurstaux, certaines banques peuvent exiger un apport jusqu’Ă  20 %.

Prix immobilier

La crise Ă©conomique commence Ă  avoir un impact sur le marchĂ© de l’immobilier puisque les prix immobiliers qui s’envolaient depuis quelques annĂ©es dĂ©jĂ  ont commencĂ© Ă  se stabiliser ces deux derniers trimestres. Depuis le 15 mars 2020, les prix ont baissĂ© de 0,4 % Ă  Paris et de 0,5 % Ă  Toulouse et Montpellier. Alors que sur les six mois prĂ©cĂ©dents le 15 mars, les prix avaient augmentĂ© de 5,1% en moyenne Ă  Paris et 7,1% Ă  Toulouse. Lyon et Nantes sont les villes avec la plus grande hausse de prix en France de 1,9 % depuis le 15 mars, alors qu’elles avaient connus une hausse de plus de 4 % les deux trimestres prĂ©cĂ©dents.

Marché du logement

La crise sanitaire a fait fuir les locataires des grandes villes, a encouragĂ© le tĂ©lĂ©travail et bloquĂ© la location courte durĂ©e touristique. Par consĂ©quent, l’offre de logement longue durĂ©e explose dans les grandes villes françaises au cours du 3Ăšme trimestre 2020. Seloger enregistre une hausse significative d’annonces de logements en location longue durĂ©e par rapport Ă  la mĂȘme pĂ©riode de 2019. 67 % d’augmentation de biens meublĂ©s mis en ligne par rapport Ă  l’annĂ©e derniĂšre.

Risque d’impayĂ©s de loyers

La crise Ă©conomique a provoquĂ© beaucoup d’incertitude quant Ă  la rentabilitĂ© locative ou le risque d’impayĂ©s de loyers. Il n y a pas de chiffres exacts sur le parc privĂ© mais la tendance est que l’impayĂ© a beaucoup augmentĂ© depuis le dĂ©but de la crise sanitaire. Dans le parc social, le montant total d’impayĂ©s atteint 250.000 euros pour 2 700 locataires. Dans de telles circonstances, une assurance loyers impayĂ©s pourrait ĂȘtre justifiĂ©e.

Tendance du marché

Il est malheureusement trop tĂŽt pour juger de l’impact rĂ©el qu’aura le coronavirus sur le marchĂ© de l’immobilier. Concernant l’investissement locatif, il serait peut–ĂȘtre plus raisonnable d’attendre. Si l’on se base sur ces deux derniers trimestres, la tendance du marchĂ© de l’immobilier est Ă  la baisse du prix d’achat, la stabilisation du taux immobilier, la baisse du montant du loyer et surtout l’augmentation du risque d’impayĂ©s de loyers. 

Laisser un commentaire